canlı radyo dinle |uçak bileti |

Gestion écologique des terrains

Depuis le début de l'activité, l'objectif est de gérer l'espace de façon écologique, dans le but de favoriser la biodiversité, mais aussi de disposer de plantes et fruits sauvages en quantité suffisante pour l'activité de production de sirops et de confitures.

Ainsi, nous cherchons par exemple à favoriser les zones de lisières et de friches pour la cueillette de fruits sauvages (mûres, baies de sureau, cenelles, cynorhodons, prunelles…), tout en maintenant l'ouverture du milieu sur d'autres zones. L'espace est découpé en petites pâtures séparées entre elles par des bandes enfrichées et bordées par des larges lisières faisant la transition avec les haies ou les bois en place. Les zones enfrichées sont souvent plantées de fruitiers divers (domestiques et sauvages) qui s'intègrent à la trame naturelle de manière harmonieuse.

Plusieurs centaines d'arbres et d'arbustes ont été plantés depuis 2006.

La végétation sauvage et sa dynamique naturelle reste largement dominante sur l'ensemble des terrains. Nous cherchons juste à l'accompagner ou à la "rajeunir" par endroit. Nous intervenons peu sur les différents boisements. Nous cherchons cependant à hétérogénéiser l'âge des peuplements, sans toutefois toucher aux spécimens les plus âgés. Nous laissons le bois mort sur pied pour favoriser les xylophages et leurs prédateurs ainsi que les cavités pour les espèces cavernicoles. Nous avons à cœur de préserver les lierres et autres lianes, si utiles et pourtant si souvent éradiquées.

Tous les travaux s'effectuent à la main (faux, croissant, cisailles, sécateur…) ou avec des petits outils mécaniques (tronçonneuse et motofaucheuse).

Microclimat

Placés dans un fond de vallon sec, les terrains connaissent un phénomène climatique local très affirmé. Les différences de températures entre le jour et la nuit sont exacerbées : tendance à accumuler la chaleur dans la journée en période chaude, refroidissement important la nuit toute l'année, surtout par temps clair.
Les gelées sont plus fortes et plus nombreuses qu'ailleurs.
L'hiver, les températures descendent fréquemment au dessous de -15°C !
Ce microclimat explique sans doute la présence de certaines plantes telles que le Millepertuis douteux - Hjpericum dubium ou l'Épiaire des Alpes - Stachys alpina.

La nature et la compréhension de ce microclimat (submontagnard ?) reste à approfondir, tout comme son impact sur la flore et la faune.